trier son stock de tissus

trier son stock de tissus

Je fais du vide. C’est très en vogue ces derniers temps – ce qui devrait m’ennuyer – et pourtant, je m’engouffre avec joie dans cette nouvelle tendance qui apaise les esprits et ouvre des horizons de créativité et de légèreté insoupçonnés. Exit donc les kilogrammes et les kilomètres de tissus superflus. Pour les amoureux du textile comme vous et moi cependant, choisir quels tissus conserver – et surtout de quels tissus se séparer – voilà une tâche bien malaisée ! Demandez à une mère de choisir entre son aîné et son cadet, à un gourmet d’arrêter définitivement le sucré ou le salé, aux oiseaux de choisir entre chanter ou voler… Oui, trier son stock de tissus est le treizième travail méconnu d’Hercule, mais je ne saurais décrire à quel point cette démarche peut-être bénéfique !

Mon grand-père avait hérité de son propre père d’une entreprise de soieries lyonnaises et voyageait dans toute l’Europe pour présenter les nouveautés de sa maison. Celle-ci fit malheureusement faillite durant la seconde guerre mondiale, et des cartons entiers de soieries et de dentelles furent entreposés dans son grenier, ainsi que de nombreux rouleaux de draps, de doublures, des coupons, des rubans et chutes en tout genre que ma grand-mère conservait précieusement en ces temps difficiles. Quelques décennies plus tard, cette véritable caverne d’Ali-baba fit le bonheur de mes jeunes (et moins jeunes) années et fut très certainement à l’origine de ma passion pour la couture et les travaux manuels de toutes sortes.

Lors de la vente de la maison familiale, j’ai récupéré cette multitude de sacs, de rouleaux, de cartons, de boites à boutons et de fils à broder. Mais qui, à lui tout seul, durant une vie entière, aurait pu utiliser la masse énorme de tissus dont je venais d’hériter ? Sans compter les coupons achetés et amassés par mes soins au fur et à mesure des années, à une cadence bien plus rapide que celle du pied de ma machine à coudre. Ce trop plein de tissus, je suis ravie de savoir qu’il fait maintenant le bonheur de mes amies, de ma cousine, d’associations de personnes âgées, de clubs de patchwork, etc. Ils sont appréciés et utilisés, c’est donc parfait.

Ce qui reste – oui il en reste !- est maintenant bien trié, bien plié et bien rangé dans trois grandes boîtes transparentes. Une solution simple et légère qui me permet de bien les protéger, de savoir au premier coup d’œil ce que j’ai à ma disposition, et qui m’incite à être raisonnable, c’est à dire à utiliser mon stock avant de filer acheter la moitié de mon magasin de tissus.

Et vous ? Avez-vous tendance à accumuler bien trop de tissus et à les collectionner plutôt que les utiliser ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour partager votre expérience !

Romy

2 comments

un commentaire ?

Votre email ne sera pas publié. De plus, afin que ce site reste un lieu de respect et de partage, les commentaires sont filtrés avant publication. Merci de votre compréhension et joyeuse couture ! RSZ